Histoire

L’histoire du Tour du Rutor est récente : en effet, cette course est née en 1995 de la volonté des membres du Club de ski Corrado Gex d’Arvier et de certains jeunes, passionnés d’alpinisme. 
 
Remontons maintenant dans le temps, jusqu’en 1933 : l’on se souvient que c’est cette année-là que fut organisée la première édition du fameux Trophée Mezzalama (25-28 mai) mais rares sont ceux qui savent que - dans le sillon de cette compétition qui fait souffrir, aujourd’hui encore, les athlètes du Cervin jusqu’au mont Rose - les 1er et 2 juillet de la même année, eut lieu une autre course de ski en haute montagne intitulée Trophée du Rutor
Cette compétition, dont le règlement prévoyait des cordées de trois athlètes équipés simplement d’un piolet et d’un sac contenant son paquetage, avait été organisée par le Commandement fédéral des jeunes faisceaux de combat et était réservée aux jeunes fascistes et aux étudiants piémontais. Les vingt équipes qui prirent le départ effectuèrent un parcours en anneau (18 km pour 700 m de dénivelé), qui se déroulait autour du glacier du Rutor. Les athlètes passèrent la nuit au refuge Santa Margherita (situé à 2494 m d’altitude, dans la commune de La Thuile) puis montèrent jusqu’au pied du Grand Assaly, arrivèrent alors aux cols de Loydon (ouest et est) et de l’Avernet avant de commencer à suivre la crête du Rutor, jusqu’à la cabane Defey (3373 m), point le plus haut du parcours. Enfin, ils descendirent jusqu’à la base du Château Blanc et du Flambeau. La victoire morale de la course fut remportée par l’équipe des mineurs fascistes de La Thuile (Alberto Chenoz, Francesco Chenoz et Bartolomeo Carrel), qui effectuèrent le parcours, hors compétition, en 1 heure, 28 minutes et 42 secondes. En revanche, le Trophée fut gagné par l’équipe A du Commandement fédéral des jeunes fascistes d’Aoste formée de Giovanni Pellissier, Antonio Gaspard (qui avait déjà gagné le Trophée Mezzalama avec Carrel et Maquignaz) et Antonio Hérin, jeunes guides de haute montagne de Valtournenche, en 1 heure, 35 minutes et 47 secondes.  
Malgré les modifications du parcours et la distance idéologique qui les sépare, le Tour du Rutor, qui en est aujourd’hui à sa 20e édition, peut donc être considéré à tous les effets comme l’héritier du Trophée du Rutor, qui fut la deuxième compétition de ski de haute montagne jamais disputée sur les glaciers de la Vallée d’Aoste. 
Il nous est donc agréable de retourner en pensée jusqu’en 1933, car c’est à cette date que s’ébauchèrent les traits caractéristiques du sport que nous appelons aujourd’hui « ski alpinisme ». 
 
                                                                                                         Federica Giommi

Aoste,
Revue de la Province,
Année V, Janvier-Avril 1933-X1, numéros 1 à 4,
Editée par l’Administration provinciale et le Conseil de l’économie.